samedi 20 juin 2015

Surfer sur la vague du changement: congrès ABSC-CHLA 2015

Me voici maintenant  à Vancouver, cadre enchanteur pour le 39e congrès de l'ABSC. Le temps est ensoleillé, mais peu de temps pour en profiter. J'ai participé hier à la première de deux réunions du conseil d'administration de l'association; je rédigerai sous peu un billet résumant mes impressions après une première année d'implication en tant que secrétaire (et webmestre par la force des choses). Mais pour le moment, voici un résumé de la première séance à laquelle j'ai assisté.

Vancouver vue de Stanley Park
Blurred lines : a Conversation About the Roles of Librarians and Library Technicians in Health Libraries

L’interdisciplinarité est un sujet populaire ces temps-ci, mais s’arrête-t-on parfois pour réfléchir à notre relation avec nos collègues de toujours? Ce panel proposait une discussion sur deux professions complémentaires : les techniciens en documentation et les bibliothécaires.

La gestion du changement
La modératrice a fait le constat que les définitions de tâches de chacun ne sont pas coulées dans le béton, et ont subi des modifications drastiques au cours des dernières années.
·      Une technicienne travaillant dans 3 différents hôpitaux nous a raconté qu’elle effectue des tâches qu’elle ne croyait pas devoir accomplir un jour dans le cadre de son travail, comme l’acquisition de documents.
·      Selon une bibliothécaire qui était anciennement technicienne, les études supérieures lui ont apporté une vision globale qui lui a permis d’apprivoiser plus efficacement l’évolution de sa bibliothèque. Elle dépend cependant de sa collègue technicienne pour accomplir certaines tâches auxquelles cette dernière n’est pas préparée; la formation continue reste un enjeu pour les deux professions.
·      L’auto-apprentissage est aussi une solution dans certains milieux qui ne soutiennent pas formellement la formation continue. Une bibliothécaire s’est inscrite à un cours en ligne afin d’acquérir de nouvelles connaissances.
·      Pour les bibliothécaires, on s’attend maintenant à de nouvelles compétences : plus grande implication dans la planification stratégique, collaboration interprofessionnelle, leadership et prise de décision, évaluation des services. L’expertise de chacun des membres de l’équipe est valorisée afin de fournir une courtepointe de services.
·      Certains milieux démontrent une distinction claire entre les tâches professionnelles, alors que dans de petites bibliothèques, tous mettent la main à la pâte et on observera plus d’entraide professionnelle entre bibliothécaires et techniciens.

Bibliothécaires et techniciens en documentations: un couple bien assorti
Une participante a souligné que c’est vraiment l’engagement de la personne, et non pas son statut professionnel, qui fera la différence dans le travail au quotidien. Et je suis entièrement d’accord avec elle! Deux membres de l’assemblée ont témoigné comment les deux professions cohabitent dans leurs milieux respectifs.

J’ai personnellement la chance de travailler avec trois techniciens en documentation qui repoussent leurs limites à tous les jours. Leurs compétences sont bien différentes de celles utilisées par leurs prédécesseurs.
·      Ils répondent à la majorité des questions de référence (en personne, au téléphone et par clavardage), ce qui permet aux bibliothécaires de se dégager du temps pour des consultations plus en profondeur.
·      Nos techniciens peuvent initier les étudiants à l’utilisation de logiciels de gestion bibliographique, et nous soutenir lors de formations de groupe.
·      Ce sont aussi eux qui forment les étudiants à la recherche dans le catalogue et leurs présentent les ressources de la bibliothèque.
·      Sans compter qu’ils font aussi la saisie des suggestions d’achat, mettent à jour notre base de données des livres recommandés dans les plans de cours, participent à l’élagage de notre collection de référence, etc.
Le succès d’une équipe réside dans sa complémentarité. Nancy, Frédéric et Sarah-Julie, je vous dis merci!