dimanche 28 juin 2015

Le futur de la santé: la e-santé et au-delà

Une plénière sans diaporama? Pourquoi pas! Lors de la conférence de fermeture du congrès de l'ABSC, Jesse Hirsh a voulu nous faire réfléchir sur l'importance que nous accordons à Internet dans nos vies, et démontrer comment les soins de santé seront profondément bouleversés par notre relation avec cette nouvelle autorité.

Le pont de la rue Burrard
 Première constatation: auparavant, ce sont les médias qui décidaient qui avait l'autorité nécessaire pour apparaître dans leurs pages... alors que maintenant, le Globe and Mail ou Radio-Canada vont relayer les messages d'un quidam sur Twitter. Tout le monde et n'importe qui peut s'improviser expert dans n'importe quelle matière, incluant la santé. Chacun détermine quel canal d'information lui convient, que ce soit celui d'une gourou comme Gwyneth Paltrow ou celui de la pratique factuelle.

Une courbe d'apprentissage est associée avec la navigation sur Internet (voir à ce sujet un billet précédent). On constate l'émergence d'une littératie à deux niveaux, et ce, que l'on soit un professionnel de la santé ou un patient. Jesse Hirsh a donné l'exemple de son gastro-entérologue qui ne souhaite pas communiquer par courriel avec ses patients pour renouveler des ordonnances ou utiliser les dossiers informatisés, ce qui affecte ultimement ses relations avec ses patients, car M. Hirsh a préféré consulter ailleurs. À l'opposé, son médecin de famille a apprivoisé la conversation virtuelle, entre autres pour répondre aux interrogations de son patient qui lui demande un avis sur des traitements trouvés sur le Web. Le patient partenaire et l'e-patient veulent obtenir les meilleures informations afin de comprendre et apprivoiser leur maladie. Cependant, afin d'assurer l'universalité des soins de santé, on doit impérativement reconnaître l'importance de la littératie en santé, car un patient compétent jumelé avec un professionnel compétent recevra de meilleurs soins.

Selon Jesse Hirsh, cette universalité des soins est menacée par l'autorité cognitive qui est de plus en plus conférée à des compagnies qui proposent des produits de santé selon notre navigation sur le Web. Les Google et autres Apple de ce monde ont compris que la meilleure façon de vendre plus de téléphones dans un marché saturé est de répondre aux insécurités des consommateurs face à leur santé en y ajoutant des applications. Par exemple, Scanadu Scout collecte plus de données via quinze différents indicateurs en une journée que dans l'ensemble de votre dossier médical! Ces outils peuvent certes encourager de saines habitudes de vie,  mais peuvent aussi générer des faux positifs. Scamification ou gamification? le jeu propose une motivation pour s'impliquer dans sa propre santé, mais selon Jesse Hirsh, la littératie devrait plutôt primer.

C'est pourquoi notre conférencier suggère que les bibliothécaires pourraient s'impliquer et devenir les gardiens de l'universalité du système de santé. Ils peuvent enseigner à la population comment naviguer sur le Web pour identifier des sources d'information fiables. Un mouvement social est requis pour faire la promotion du libre accès à l'information tout en dépolarisant les compagnies qui ont pris toute la place en e-santé. Tasse-toi Gwyneth, les bibliothécaires arrivent à la rescousse?!



Aucun commentaire: