vendredi 28 juin 2013

Contrôle d'identité virtuelle

Dans leur dernière discussion sur Twitter, le groupe #medlibs a recommandé aux bibliothécaires actives sur les médias sociaux de gérer leur réputation activement, entre autres en vérifiant mensuellement les résultats d'une recherche par nom sur Google.
L'exercice m'a permis de mettre à jour l'indexation de ce blogue sur Technorati (le code V7AUP3CV8XCX doit apparaître dans ce billet pour compléter la procédure de vérification), en plus de découvrir une panoplie d'applications Twitter dont j'ignorais l'existence. Heureusement, pas de squelettes dans mon placard ni d'usurpation d'identité en vue :)
Et en cette période de vacances, ne rendez pas la vie plus facile aux voleurs en partageant exagérément vos déplacements!

jeudi 30 mai 2013

Échos du congrès de l'ABSC-CHLA à Saskatoon

Grâce à la magie de Twitter, j'ai pu suivre le dernier congrès de l'ABSC-CHLA à Saskatoon presque comme si j'y étais. Il semblerait que plusieurs ont reçu un bisou sans trop se faire prier au kiosque de Montréal 2014! Voici quelques perles glanées en chemin:
  • Le portail des médias sociaux de l'ABSC-CHLA a officiellement été lancé. N'hésitez pas à y partager vos bonnes pratiques et recherchez des évaluations de projets en cours partout au pays.
  • Le Health Science Information Consortium de Toronto a publié un rapport sur les technologies mobiles qui contient une liste de des 50 applications les mieux cotées selon leur processus d'évaluation. J'en ai ajouté quelques-unes à mon guide.
  • Jim Henderson a intégré une boîte de recherche Google sur le site de la Bibliothèque virtuelle canadienne de santé, permettant de chercher dans tous les sites du répertoire.
En attendant le dépôt des présentations sur le site, je vous invite à consulter celle de ma collègue Monique Clar, qui a présenté sa collection de bandes dessinées de témoignages de patients et de leurs proches. 

J'ai recueilli d'excellents commentaires sur l'organisation, et certains petits détails ont été fort appréciés: cupcakes à la pause, Gordie Howe entrevu à l'hôtel, présentations-éclair des exposants, vin et fromages à la session des affiches. La barre sera haute pour la prochaine édition à Montréal!

lundi 13 mai 2013

Jour 3: tendances techno

Après avoir assisté à la réunion de la section Educational Media and Technologies, où j'ai eu l'honneur de recevoir une bourse de voyage, j'ai couru jusqu'à la session Top Technology Trends VI pour en apprendre un peu plus sur les sujets technos de l'heure.
  • Intégration des ressources de la bibliothèque dans les environnements numériques d'apprentissage. Amy Blevins et Megan Besaw ont présenté plusieurs ENA : Blackboard, Desire2Learn et Google Sites. Je suis arrivée en retard mais comme les Bibliothèques UdeM sont déjà intégrées dans StudiUM (Moodle), je ne pense pas avoir manqué grand-chose!
  • Anatomie interactive en 3-D. Cette plateforme gratuite (inscription requise) permet de visualiser et déplacer dans l'espace un modèle anatomique humain. Vous pouvez ajouter des systèmes au squelette de base et obtenir de l'information sur des maladies. 
  • MEDLINE sémantique. Un prototype de ce projet visant à représenter graphiquement les relations entre les articles présents dans MEDLINE est disponible. Sélectionnez l'une des 35 recherches pré-configurées, puis cliquez sur l'onglet "Summarize" pour choisir un sujet et afficher une représentation graphique. Vous pouvez déplacer les concepts, et en cliquant sur les lignes de couleur avec le bouton droit de la souris, afficher les articles correspondants à la relation.
  • Technologies mobiles. Heather Holmes nous a présenté une flopée d'applications qui seront utiles pour accéder à l'information au chevet du patient, en particulier l'utilisation des lunettes Google pour tirer parti de la réalité augmentée dans un contexte de soins.
  • Intégration de la pratique factuelle au chevet du patient. Alisha Miles (qui envoyait des tweets préprogrammés pendant sa présentation!) nous a donné un aperçu des possibilités d'intégration d'information dans les dossiers médicaux électroniques (DME). Par exemple, l'ajout de l'information pharmaceutique provenant de Pepid au DME permettra au clinicien de prendre de meilleures décisions; de l'information pour le patient provenant de MedlinePlus sera également intégrée au DME. La liste complète des ressources présentées est disponible ici.
  • Accessibilité à Twitter. Les personnes souffrant d'un trouble de la vision pourront participer à la discussion grâce à EasyChirp.
Cette session terminait ma participation au programme, puisque mon mercredi s'est limité à assister à la réunion du comité des bourses et subventions, dont je fais partie à titre de membre du jury. J'ai terminé mon séjour en visitant le campus de Harvard, incluant l'exposition des fleurs de verre au Musée d'histoire naturelle. Un excellent séjour à Boston, et encore bien du contenu à analyser à mon retour à Montréal!

Jour 3: la communication scientifique

Ma journée du mardi s'est poursuivie avec la session "Librarians as Researchers: Practicing What We Preach in Scholarly Publications". Je ne suis pas restée jusqu'à la fin, car la salle étant très petite et bondée, j'ai dû m'asseoir par terre! Ann McKibbon nous a d'abord présenté les périls de la publication et les tentations auxquels les auteurs peuvent succomber, tellement la pression à publier est élevée: plagiat, auto-promotion et fraude scientifique. Le site Retraction Watch garde d'ailleurs un oeil vigilant sur les publications qui ont subi une rétractation, alors que Déjà Vu : a Database of Highly Similar Citations crible les références contenues dans la base de données MEDLINE afin de détecter des exemples de plagiat. Ann nous a présenté plusieurs exemples de plagiat et de fraude qui ont valu à leurs auteurs une réputation ternie à jamais, et nous a rappelé les responsabilités des auteurs telles qu'énoncées dans les Exigences uniformes pour les manuscrits présentés aux revues biomédicales. Les bibliothécaires ont bien sûr un rôle de prévention à jouer dans ce domaine, que ce soit en répondant aux nombreuses questions touchant le droit d'auteur et le plagiat, ou encore en collaborant à un cours de communication scientifique.

Ensuite, Dean Hendrix et Brandi Tuttle nous ont parlé des mesures d'impact alternatives, ou altmetrics. Ces données proviennent du Web social (Twitter, Facebook, CiteULike, Mendeley,etc.), et permettent de déterminer l'impact d'une publication au-delà de la bibliométrie traditionnelle. Ces mesures alternatives sont utiles pour démontrer l'intérêt pour une publication récente ainsi que son contenu. Les sites ImpactStory et Altmetric permettent aux auteurs de colliger des données d'impact alternatives provenant de plusieurs sources. Dean et Brandi ont voulu intégrer les mesures d'impact traditionnelles et alternatives afin d'obtenir un portrait complet de l'impact de deux publications, soient PLoS Medicine (2004-2012) et JMLA (2007-2012), grâce à une analyse en composantes principales. Ils ont pu démontrer une forte association entre les mesures provenant des médias sociaux et les données de visualisation des articles, suggérant qu'une approche multidimensionnelle est nécessaire afin de déterminer l'impact d'une publication.

Finalement, Emily Mazure et Kristine Alpi ont évalué le niveau de préparation des bibliothécaires à collaborer en tant qu'auteur à une étude clinique. Un sondage a été effectué afin de déterminer à quelle étape conceptuelle se situaient les bibliothécaires (de la pré-contemplation à l'action) pour un total de 9 critères, tels que la mise en ligne du curriculum vitae et la présence sur les réseaux de communautés scientifiques comme Google Scholar ou ResearchGate. Les membres de la section de la recherche de la MLA étaient les plus préparés à collaborer à une étude clinique, et le sondage a démontré qu'une proportion de bibliothécaires plus importante que prévue était déjà engagée dans le processus de publication.

jeudi 9 mai 2013

Jour 3: affiches

Pas facile de réussir à voir tout ce qui est à notre agenda, en tous cas mission impossible pour les deux sessions d'affiches du 7 mai, qui avaient lieu de midi à une heure et de 1h30 à 14h30, avec une pause dîner express entre les deux. Voici tout de même quelques affiches visitées, en attendant d'aller consulter les autres à un rythme plus modéré sur le site du congrès.

(31) Publication Rate of Poster and Paper Abstracts Presented at the Canadian Health Libraries Association/Association des bibliothèques de la santé du Canada Annual Meetings from 2004-2009. Chistine Shaw-Daigle a identifié 200 affiches présentées lors des congrès ABSC et a ensuite tenté de trouver des publications correspondantes dans PubMed, CINAHL et LISTA. Elle a également envoyé un questionnaire aux auteurs des affiches. Le taux de publications était similaire à celui observé pour les affiches de congrès de la MLA, soit 31%. Les articles découlant d'affiches au congrès ABSC ont surtout été publiés dans JCHLA. Les principales raisons invoquées pour ne pas poursuivre le processus de publication jusqu'à l'article étaient le manque de temps, et que le contenu ne valait pas la peine d'être publié.

(199) Using LibQUAL to Compare Health Sciences Students' Library Needs with Students in Other Disciplines. David A. Nolfi et coll. ont voulu décortiquer les résultats du sondage LibQUAL afin de pouvoir mieux répondre aux besoins des facultés desservies par leur secteur. Par exemple, le niveau de satisfaction des étudiants de sciences infirmières était le plus élevé, et ce groupe est aussi celui qui reçoit le plus de formations documentaires; alors que les étudiants de sciences naturelles arrivaient bon derniers pour ces deux critères, tout en ayant le budget d'acquisitions le plus élevé.

(211) Video versus Online Text Tutorials: Consideration of Learning Styles. Jill Eileen Foust et Julia C. Jankovic ont créé trois courtes vidéos et des documents de 2-3 pages pour introduire les étudiants à PubMed, MEDLINE et au catalogue et les ont mis en évidence sur leur site Web. Après 7 mois, elles ont consulté les statistiques d'utilisation provenant des internautes de leur institution. Surprise: ce sont les versions texte qui ont été les plus populaires, surtout pour le tutoriel du catalogue. Donc, ne pas supposer que tous apprennent mieux en regardant une vidéo...

(44) Beyond Google and Wikipedia: Helping Health Sciences Students Achieve Information Literacy. L'équipe de Susan Arnold a joliment résumé les interventions de sa bibliothèque dans le cadre de cours impliquant de la recherche documentaire, et ce dans 3 cursus différents. Le modèle qui semblait le plus efficace combinait deux sessions de deux heures, la première sur la recherche d'articles et la seconde sur l'utilisation d'un logiciel de gestion bibliographique. Susan était bien impressionnée par notre propre intégration, qui propose des sessions plus longues. Un questionnaire d'évaluation est également intégré dans ses guides en ligne correspondants, et je pense qu'on devrait s'y mettre nous aussi!

Petite note rigolote: dans leur affiche (71) Seeking out New Blood (and Brains!) for Section Membership through Quick Response (QR) Codes and Zombies, Marie Ascher et Beth Whipple ont évalué une activité ludique de recrutement de membres pour leur section lors du congrès MLA de 2012, et ont cité un de mes tweets: "I finally get that zombie thing. After four days of MLA, I look like one. #sleepdeprived". Un exemple de facteur d'impact alternatif (altmetrics)? :)

mardi 7 mai 2013

Interlude: running for Boston

Exceptionnellement, ce billet est rédigé en anglais.

When Bart and Montie' announced MLA Runs4Boston, where medical librarians at the MLA'13 meeting would be running for the Boston Marathon victims fund, I was more than happy to participate. Although I couldn't join the group runs because of my meeting schedule, I am pleased to add 27 km to the total tally.

I actually ran the first 10,6k of my runs in Montreal a couple weeks ago, as I joined hundreds of runners for a commemorative run on top of Mont Royal. In Boston, I ran 4k on Thursday along the Charles River, and today I had an amazing 12,4k run across the historic streets of this vibrant city.

Please consider a donation to the One Fund if you haven't done so already. Thank you!

Old South Church
Boston Public Garden


Waterfront

Paul Revere statue in the North End

Old tavern and Oyster House

Spirit of Boston

Beacon Hill houses

Breakfast on the run
End of my personal Boston half-marathon

lundi 6 mai 2013

Jour 2: mais où est le soleil?

Encore de bonne heure sur le piton, pour assister à la réunion du groupe d'intérêt en biologie moléculaire et génomique - finalement, je ne suis ressortie que 10 heures plus tard du centre des congrès! C'est toujours un plaisir de retrouver mes collègues si ferrées en bio-informatique; cette année, plusieurs ont admis avoir dû annuler des licences d'outils d'analyse. Je poursuivrai mes responsabilités de webmestre du groupe pour la prochaine année.

La plénière du matin était consacrée à la suite de l'étude Rochester sur l'impact des bibliothèques de santé en milieu clinique, présentée par Joanne Marshall. Comme j'avais vu des résultats préliminaires à Calgary il y a deux ans et que l'article correspondant vient tout juste de paraître, j'ai écouté d'une oreille distraite tout en rédigeant des billets de blogue. J'ai aussi eu la chance de rencontrer Sally Gore, qui était assise tout près de moi. *moment groupie*

Pour le dîner, j'ai assisté à la cérémonie de remise de prix, car j'étais membre du jury pour l'évaluation des demandes de bourse d'étude MLA l'an dernier. J'ai ensuite galopé à la seconde session de présentations par affiches, où j'ai pu complimenter Robin Featherstone et Francesca Frati, nos collègues de McGill.

Francesca devant son affiche - bravo!
Je profite de l'occasion pour encourager les bibliothécaires québécoises à partager leur expertise dans les congrès d'associations professionnelles. Francesca a eu la visite de plusieurs personnes intéressées à connaître son approche d'intégration de la pratique factuelle dans le cursus des résidents en hématologie; sans compter que l'affiche sera accessible en ligne sur le site du congrès pour ceux qui n'ont pas pu se déplacer ce midi ou qui ont choisi une inscription virtuelle. Une excellente opportunité pour vous lancer vous aussi sera le congrès 2014 de l'ABSC à Montréal: mettez au point dès maintenant votre plan d'attaque!

La toujours pertinente Kristi Holmes nous a ensuite présenté les résultats d'un sondage auprès des responsables de formation documentaires, visant à connaître leurs besoins et leurs attentes en soutien de la part de la MLA. Lors de la discussion qui a suivi, la suggestion qui m'est apparue la plus intéressante est d'offrir des cliniques d'enseignement, où les formateurs donneraient un aperçu de cinq minutes de contenu de cours pour ensuite recevoir critiques et commentaires. (Chez nous à l'UdeM, plusieurs ont eu la chance de suivre une formation pratique offerte par Kate Blight, où un exercice similaire a été effectué).

J'ai ensuite terminé ma journée de labeur par une session sur l'évaluation des besoins (et écrit mon dernier billet pour le blogue MLA, youpidou!).  Et ai enfin profité d'une belle fin de journée de printemps à l'extérieur (soit 10 minutes). En soirée, j'ai rejoint une talle de bibliothécaires de McGill au party OvidSP, où les saveurs des différents quartiers de Boston étaient à l'honneur.

Martin Morris, Genevieve Gore et Angella Lambrou
Comme vous pouvez le constater, les membres du comité organisateur ABSC-CHLA 2014 travaillent fort pour convaincre nos amis états-uniens de participer à notre congrès de Montréal! Angella et Martin sont très satisfaits de la réponse des exposants, qui ont démontré beaucoup d'intérêt à venir faire un tour chez nous. J'ai terminé ma soirée avec (qui d'autre?) ma copine Carrie - je sens que la séparation sera déchirante mercredi. Je lui casse d'ailleurs régulièrement les pieds lorsque je la présente à quelqu'un, en disant que "quand je serai grande, je veux être Carrie Iwema"!

Carrie Iwema et Pamela Shaw, mes mentors en bio-informatique



Début du programme: mentorat, plénière, affiches et session

Réveil hâtif en ce beau dimanche de printemps, puisque c'était le déjeuner des nouveaux membres/premiers participants à un congrès MLA. Je fais partie de la première catégorie (moins de 3 ans) et ironiquement, j'ai été jumelée avec une bibliothécaire ayant plus de 15 ans d'expérience... mais qui a néanmoins apprécié mes conseils pour naviguer à travers tout ce cirque!

Le programme a débuté avec le discours de la présidente, ainsi qu'un savoureux poème du comité d'accueil à Boston, récité par la talentueuse Sally Gore (qui est un peu beaucoup mon idole avec son blogue si pertinent sur son boulot d'informationniste en recherche). Ensuite, je suis allée faire une sieste... car on n'est plus jeune jeune! Après le dîner, j'ai commencé à ramasser des cadeaux de fournisseurs pour mes collègues de travail... du calendrier de chats au contenant de thé célébrant le Boston Tea Party, il y en aura pour tout le monde!
Des macarons pour bibliothécaire attardée



Il y aura quatre sessions d'affiches cette année pour accommoder les 310 propositions retenues, un record. J'ai noté pas moins de 6 affiches traitant de l'intégration de la formation documentaire  dans le cursus de médecine (surtout la pratique factuelle). Aujourd'hui par contre, j'ai été intéressée par l'intégration d'une formation sur la gestion des données de recherche dans le cursus d'étudiants de premier cycle en sciences de la santé. À creuser!

J'ai enfin assisté à une session sur le Web sémantique (voir le résumé), et après une séance express de magasinage, j'étais chic'n'swell pour participer à la soirée Ebsco au musée Isabella Stewart Gardner. C'est un espace unique en son genre, où une mécène du siècle dernier a disposé de façon éclectique les oeuvres d'art de sa collection. Et décidément, je me trouve de plus en plus d'affinités avec Carrie: une amitié est née :)
Cour intérieure du musée Gardner Stewart. Photo: Smart Destinations

dimanche 5 mai 2013

Une looooonngue journée

Sommaire du 4 mai: bien réveillée à 5h20 et couchée à 23h20, et j'ai jacassé sans arrêter entre les deux. Je pense que je n'ai jamais eu autant d'adrénaline dans le sang!

Je donnais une formation continue de six heures intitulée "Bio-informatique pour bibliothécaires". Comme la formation se donnait en banlieue, j'ai profité du trajet pour renouer avec Carrie, une collègue de l'Université de Pittsburgh. Ensuite, mon cerveau ne garde qu'un vague souvenir de mon expérience d'enseignement à des pairs... j'avais beaucoup de matière à donner et j'ai manqué de temps, mais les participants m'ont rassurée et ont indiqué avoir apprécié le cours. De mon côté, j'ai trouvé fort gratifiant d'avoir une classe pleine de gens intéressés à connaître mon dada, et c'est tout un défi que de vulgariser de la biologie moléculaire, en anglais en plus. J'ai résumé mes motivations pour m'investir dans ce cours sur le blogue du MLA, et franchement, je suis bien contente d'avoir eu cette idée saugrenue. Et contente aussi que ce soit terminé :)

Au retour, j'ai discuté avec un sympathique bibliothécaire de la Nouvelle-Orléans, et peux maintenant affirmer que j'ai trois degrés de séparation avec Brad Pitt. J'ai retrouvé Carrie à la réception d'ouverture du congrès, et croisé des collègues de McGill et de l'Université Laval. Nous sommes ensuite allées terminer la soirée au musée des enfants de Boston, où avait lieu une autre réception. Dans mon état de fatigue avancée, je me suis limitée à une seule consommation!

Embouchure de la Charles River - et le bateau du Boston Tea Party


vendredi 3 mai 2013

À la découverte de Boston

Cette année, j'ai la chance d'avoir une journée libre complète avant le début du congrès, puisque je me lèverai avec les poules demain matin pour donner ma formation continue. Mon premier arrêt fut pour satisfaire un besoin gustatif: dévorer un lobster roll. Curieusement, les Boston beans ne m'attirent pas autant....
Au Post 390 - pour les curieux, la bière est une Jack's Abby
En après-midi, j'ai visité la bibliothèque présidentielle de John F. Kennedy. À vrai dire, il s'agit plutôt d'un musée; les archives et documents comme tels ne sont pas accessibles. Comme ma mère a conservé des revues de l'époque et que je les feuilletais dans ma jeunesse, le destin de la famille Kennedy m'a toujours intéressée. On déambule dans une reconstitution de plusieurs pièces de la Maison-Blanche, et on peut s'extasier devant une capsule du programme spatial Mercury - fallait être un peu dingue pour s'embarquer là-dedans! L'image de JFK qui est présentée est bien sûr celle du héros de guerre et du président qui a marqué son époque: tout est bien respectable. J'aurais aimé voir un portrait plus complet de l'homme.
JFK Library, dessinée par I.M. Pei
Avant d'aller souper dans le quartier chinois avec une collègue de Virginie, j'ai couru un peu le long de la Charles River. Les contrecoups de l'attentat de Boston sont encore bien présents ici - mon hôtel se trouve directement sur la ligne d'arrivée du marathon, et il est assez étrange de voir des gens photographier la dalle de ciment où a eu lieu la première explosion. Plusieurs bibliothécaires profiteront du congrès pour courir et soutenir la levée de fonds One Fund pour les victimes. Je vais essayer de compléter 15 km de mon côté. BOSTON STRONG!
Le MIT de l'autre côté de la Charles River

Mémorial à Copley Place

samedi 23 mars 2013

La saison des congrès est de retour!

Le printemps est synonyme d'effervescence en prévision des congrès de bibliothèques médicales... et aussi de la remise en activité de ce blogue!

J'ai négligé de commenter ma participation au Congrès des milieux documentaires du Québec cet automne, où j'ai présenté à deux reprises. C'était ma première expérience présentation-éclair - pas de support visuel et improvisation en 5 minutes - et je pense que je m'en suis bien tirée! Aussi, j'ai parlé de notre intégration dans le cours de communication scientifique destinée aux étudiants de 2e année du baccalauréat en sciences biomédicales. Cette dernière présentation a fait des petits, puisque nous avons réussi à intégrer cet hiver une formation EndNote dans un cours similaire inclus dans les programmes de 1er cycle en biochimie et médecine moléculaire ainsi qu'en bio-informatique.

Autre fait marquant depuis mon dernier billet, l'article que j'ai rédigé avec mes collègues de la Bibliothèque de la santé et portant sur notre programme de formation documentaire a été accepté pour publication dans la revue Health Information and Libraries Journal. Ce fut toute une épopée que cette rédaction, mais je suis heureuse d'avoir pu expérimenter moi-même tout le processus de publication scientifique, de l'article refusé (par JMLA) à la vérification de l'orthographe en usage en Angleterre, en passant par le gossage des références et la correction des épreuves.

De retour au présent, je suis en train de peaufiner la formation continue "Bioinformatics for Librarians" que je donnerai en mai au congrès de la Medical Library Association à Boston. Un cours de 6 heures (mais à quoi ai-je pensé!?!) qui me permet de financer une partie de mes frais de voyage! Ce sera toute une expérience que d'enseigner à des pairs, je vous en reparlerai si j'y survis.

Et qu'en est-il du congrès de l'Association des bibliothèques canadiennes de santé à Saskatoon? Je n'y serai pas malheureusement, mais comme je suis membre du comité organisateur du congrès 2014 à Montréal, il est quand même au centre de bien de mes préoccupations. En tant que co-responsable du comité de publicité, nous devons préparer notre kiosque d'exposant à Saskatoon, et en tant que co-responsable du futur site Web, nous devrons préparer une page pour Montréal, qui sera en ligne à la fin mai.

Tout cela est fort excitant! Soyez fidèle au poste et n'hésitez pas à me faire part de vos commentaires.