jeudi 24 mai 2012

Un groupe d'usagers à cibler: les stagiaires post-doctoraux

Effets étranges de la pluie permanente...
La journée du 22 mai a débuté par une réunion d'affaires du MLA, où le président sortant a remercié son équipe et introduit la nouvelle présidente. À vrai dire, j'ai profité du moment pour rédiger un billet sur ma soirée du lundi pour le blogue de la MLA... Par la suite, ô bonheur, j'ai enfin eu droit à quelques heures de liberté afin de magasiner des souvenirs pour ma petite famille. Rien trouvé pour moi, bien sûr!
En après-midi, c'était la dernière session d'affiches, et ma collègue Monique Clar a accueilli plusieurs personnes intéressées par son sujet Evidence-Based Practice in PubMed: Are Shared Filters Useful to Health Sciences Academic Users? De mon côté, pas grand-chose à me mettre sous la dent, sauf une affiche présentée par Aileen McCrillis: Reaching Out to an Underserved Academic Community: Focus Groups with Postdoctoral Researchers.
En fait, cette affiche était la première partie d'une présentation de la session suivante, Survival and Success Beyond Grad School: Improving Library Services to Postdoctoral Researchers. Les stagiaires post-doctoraux représentent 43% des premiers auteurs de la revue Science; ce sont bien sûr nos futurs chercheurs et professeurs. Les bibliothécaires des NYU Health Sciences Libraries ont d'abord réuni 14 stagiaires dans 3 groupes de discussion. Il est ressorti que les services de base des bibliothèques étaient méconnus, en particulier le PEB. Les principaux besoins identifiés concernaient le support pour l'analyse statistique, la bio-informatique, la gestion des données de recherche et la rédaction de demandes de subvention.
Par la suite, les auteurs ont lancé une vaste étude à laquelle ont participé des stagiaires post-doctoraux provenant de 43 institutions différentes. Plus de 3000 répondants ont répondu à un questionnaire visant à identifier leurs besoins informationnels. En résumé:
  • Ils utilisent Google et Pubmed, rarement les autres bases de données bibliographiques;
  • Les protocoles expérimentaux sont difficiles à trouver;
  • La gestion des PDFs d'articles est un problème;
  • Il est difficile de trouver de l'information sur les subventions;
  • Ils ignorent les politiques de gestion des données de recherche;
  • Ils utilisent des standards personnels pour les métadonnées;
  • Le support pour l'analyse statistique est un besoin criant.
Ces résultats indiquent que les bibliothèques peuvent rejoindre cette clientèle de plusieurs manières, et qu'une session d'orientation serait une façon de faire connaître nos services.

Et pour terminer la journée, quoi de mieux qu'un tête à tête avec Alien? La charmante bestiole faisait partie d'une exposition sur les films d'horreur du musée Experience Music Project, où avail lieu la réception de fin de congrès. J'ai enfin pu voir des extraits du classique The Texas Chainsaw Massacre, ça manquait à ma culture. D'autres expos sur les groupes musicaux Nirvana et AC/DC ont élargi mes connaissances du rock!

mardi 22 mai 2012

Séance d'affiches 2

Ma première affiche au MLA
Je devrai consulter certaines affiches en ligne, car j'ai diligemment répondu aux questions d'une quinzaine de visiteurs pendant cette session. Je déposerai le fichier dans notre dépôt institutionnel à mon retour pour consultation. Devant mon questionnement à poursuivre ou non le programme d'envoi de courriels mentionné dans l'affiche, une participante m'a dit de profiter du fait que nous avons un accès privilégié aux listes d'étudiants de médecine et médecine dentaire, car de son côté, sa bibliothèque a perdu des acquis et leurs communications sont maintenant noyées parmi toutes celles des fournisseurs de services de l'institution. Commentaire constructif!

En soirée, j'ai retrouvé quatre étoiles du MolBio and Genomics SIG à une réception organisée par l'AAAS dans un restaurant sympathique. Ces dames ont discuté de génomique médicale et personnelle, de littératie en génomique et de pharmacogénomique animale (les présentations sont disponibles ici). Dans ce dernier cas, j'ai été étonnée d'apprendre qu'il est de plus en plus courant que des propriétaires de chiens et chats fassent séquencer le génome de leur animal afin d'optimiser leur traitement médicamenteux. Une idée pour un module dans notre guide de médecine vétérinaire?! Plus de détails dans mon compte-rendu sur le blogue du MLA.
Aperçu de la section pour les affiches

Réveil matinal et bloguage intensif

Art public pertinent à Seattle
Bon, j'ai peut-être inventé un mot mais ça dit ce que ça veut dire! Ma journée a commencé très tôt par une réunion du groupe d'intérêt auquel je participe en tant que webmestre, le Molecular Biology and Genomics SIG. Le sujet du jour était une discussion sur la possibilité que le groupe devienne une section en bonne et due forme du MLA. Ceci nous permettrait entre autres de pouvoir ajouter plus de sessions au programme du congrès annuel, d'avoir un budget et une voix aux assemblées. Mes collègues ont également fait un tour d'horizon des outils et ressources en bio-informatique qu'elles offrent à leurs usagers, et m'ont soumis quelques idées pour notre site Web.

Ensuite, ce fut une des meilleures présentations auxquelles j'ai eu la chance d'assister, ce qui a représenté un défi de taille à résumer pour le blogue du MLA. J'ai consacré un bon deux heures et demie à la rédaction de mon billet, ce qui donne un idée de mon niveau de fatigue...

J'ai aussi assisté à quelques présentations tournant autour du sujet de la gestion des données de recherche. Le rôle de la bibliothèque en tant que collaborateur et facilitateur a été démontré par plusieurs conférenciers. Entre autres, dans sa présentation Pitching Data Services to Translational Researchers: A Pilot Project, Lisa Federer de UCLA a organisé quelques focus groups afin d'évaluer les besoins des chercheurs, puis a dirigé un projet pilote avec l'un d'eux, dans le domaine de la neuroimagerie. La bibliothèque a cherché et utilisé des standards d'organisation des données d'imagerie par résonance magnétique et développé un protocole pour renommer les fichiers (les chercheurs ont tendance à utiliser des noms comme test1, baddata, betterdata...). Plusieurs ont souligné que ce type d'implication requiert plusieurs partenaires.

Présentations et réceptions

L'après-midi du dimanche s'est poursuivi avec un programme double sur le rôle des bibliothèques en bio-informatique. Ce sujet étant mon dada, il a été difficile de choisir à quelles présentations assister! Ce que je retiens de pertinent à ce stade-ci de mon initiative à l'UdeM: il est nécessaire de proposer des ressources sous licence afin d'accroître la visibilité du programme; un comité pourrait être formé afin d'évaluer les besoins des usagers; et que Chen et al. ayant mis 7 ans à monter leur propre projet, il me faudra patience et longueur de temps... Aussi, une ressource à ajouter à mon guide: les tutoriels vidéo produits par l'équipe de Carrie Iwema à l'Université de Pittsburgh.

Après une petite pause à l'hôtel pour me changer, je suis allée faire un tour à la réunion des anciens des écoles de bibliothéconomie. J'étais la seule représentante de l'EBSI sur place (car Catherine Rossignol était plutôt à la réception internationale!) mais en ai profité pour discuter du recrutement de bénévoles avec une des organisatrices du congrès MLA13 de Boston. N'oublions pas que je suis aussi ici pour absorber des idées en vue du congrès ABSC de 2014 à Montréal! Je suis ensuite allée rejoindre Catherine, et ai rencontré Martin de McGill, Jennifer de McMaster et Rebecca de Victoria.

Le groupe Big Night Out à l'oeuvre
La soirée s'est terminée en beauté avec Monique, Martin, Catherine, et Lee Anne et Lindsey de l'Université d'Ottawa au party d'Ovid, qui ont fait les choses en grand. Pas moins de quatre comptoirs de nourriture, des boissons à volonté et un bar à bonbons; et un groupe musical de 10 personnes qui a interprété des succès des années 60, 70 et 80. Des bibliothécaires, ça sait danser avec énergie, oui madame!!

lundi 21 mai 2012

Séance d'affiches 1

Après le dîner, voici quelques affiches qui ont retenu mon attention.
  • A Whole New Ballgame: Data Services in the Library: La gestion des données de recherche est un domaine où les bibliothèques s'impliquent de plus en plus. Analyse des besoins: Data Management Plan Tool. Prévoir une personne dédiée et une adresse courriel pour la communication.
  • Changing Our Game: User Preferences for E-Readers and
    Tablets
    : Cette bibliothèque a fait circuler 4 types d'appareils. Le iPad était de loin le plus populaire. Étonnamment, l'usage principal était la lecture, personnelle ou académique. Les étudiants s'approprient l'objet et voudraient le personnaliser.
  • Exploration of the Use of iPads in Medical Education: L'utilisation grandissante des tablettes implique une reformulation de la présentation du contenu des ressources. La disponibilité ou non d'une application devient un critère d'acquisition.
  • Letting the Fans Direct the Game: Establishing a Graduate
    Student Advisory Committee for an Academic Health Sciences
    Library
    : Une dizaine d'étudiants ont été recrutés (on leur a promis un dîner et un tirage à la fin). Ils ont participé à plusieurs rencontres où différents aspects de la bibliothèque ont été abordés. Ils étaient très contents de pouvoir partager leurs points de vue (particulièrement concernant la rénovation des lieux), et ont spontanément partagé leurs découvertes avec leurs collègues.
  • Providing Biomedical Reference on Community Research
    Networks: A ResearchGate Pilot Study
    : Un bibliothécaire spécialisé en bioinformatique s'est joint à ResearchGate, un outil de collaboration, et s'est mis à répondre à des questions posées par les utilisateurs de son domaine. Il a maintenant plein d'amis et diffuse efficacement son expertise. Je vais regarder si des chercheurs de l'UdeM participent à ce réseau.

dimanche 20 mai 2012

Plénières du dimanche matin

Pour lire un résumé des deux sessions de ce matin, il vous faudra passer à l'anglais:
La seconde présentation n'était pas particulièrement innovante, mais le tout a été livré sur un ton humoristique (et l'auteur est séduisant, ce qui rend l'exercice agréable). J'ai dû mettre mon cerveau à rude épreuve pour noter et rédiger en même temps; ce bloguage est plus ardu que je ne le croyais!

Des défis à relever

Réveillée à 4h ce matin, might as well go for a run. Un billet plus personnel ce matin, car courir donne de la confiance en soi :)


Centennial Park, le long du Puget Sound

Ce qui m'amène à parler des défis mentionnés ci-dessus. Cette année, je m'en suis donné deux. Le premier, professionnel, était de rédiger un manuscrit pour soumettre un article à une revue de bibliothéconomie. Objectif atteint: on verra bien si notre étude de cas sur la formation documentaire que nous offrons à l'UdeM sera acceptée! Je vous tiendrai au courant.

Le second, personnel, sera de courir un 10 km cet automne pour une cause qui me touche, soit la recherche sur le cancer. En moins d'une heure. Voilà pourquoi je galopais ce matin: l'entraînement est commencé! Mon défi sera de récolter $1500 qui iront financer, entre autres, des bourses de recherche pour les étudiants au cycles supérieurs de l'Institut de recherche en imummologie et cancérologie (IRIC) de l'UdeM. Je l'admets volontiers, j'espère aussi en profiter pour créer des liens avec les chercheurs de l'IRIC, poussant ainsi le concept du bibliothécaire in situ à un nouveau niveau!

Si vous êtes intéressés à me commanditer, voici le lien vers le site du Défi Persévérance de l'IRIC. Des reçus d'impôt sont remis aux donateurs. Merci à l'avance pour votre encouragement!

Réception d'ouverture: la balle est lancée

Les joueuses de l'année: Lindsey Sikora (U. Ottawa) et ma collègue Monique Clar

Le congrès a débuté officiellement en fin d'après-midi, sous le thème du baseball, avec l'ouverture du salon des exposants. Ce fut une belle occasion pour moi de retrouver des bibliothécaires croisés lors de congrès précédents, comme Carrie de Pittsburgh ou Rebecca de Victoria, en plus de rencontrer des personnes avec qui je corresponds sur Twitter, comme Elizabeth de l'Alabama. J'ai également échangé quelques mots avec trois des organisatrices du congrès, car n'oublions pas que ce sera notre tour de recevoir le congrès de l'ABSC à Montréal en 2014! Une recrue a toujours besoin de conseils.

Bière et popcorn ont contribué à détendre l'atmosphère; à ce propos, plusieurs congressistes promettent de s'en donner à coeur joie dans les prochains jours, voir les mots-clics #drinkingsig et #evidencebasedpartying sur Twitter... mais comme vous le lirez dans mon prochain billet, j'ai décidé d'être très raisonnable! Certains, par contre, ont néanmoins eu de chaleureuses discussions avec des représentants qui nous chargent un prix de fou pou leurs périodiques :)

La soirée s'est poursuivie dans un excellent restaurant asiatique, en compagnie entre autres de Trish Chatterley, qui est en train de monter une étude sur l'utilisation des applications mobiles par les étudiants de pharmacie, et auxquelle la Bibliothèque de la santé va participer. J'avais prévu participer à un évènement au Museum of Flight, mais la fatigue aura eu raison de mon enthousiasme. Demain sera une grosse journée!