jeudi 24 mai 2012

Un groupe d'usagers à cibler: les stagiaires post-doctoraux

Effets étranges de la pluie permanente...
La journée du 22 mai a débuté par une réunion d'affaires du MLA, où le président sortant a remercié son équipe et introduit la nouvelle présidente. À vrai dire, j'ai profité du moment pour rédiger un billet sur ma soirée du lundi pour le blogue de la MLA... Par la suite, ô bonheur, j'ai enfin eu droit à quelques heures de liberté afin de magasiner des souvenirs pour ma petite famille. Rien trouvé pour moi, bien sûr!
En après-midi, c'était la dernière session d'affiches, et ma collègue Monique Clar a accueilli plusieurs personnes intéressées par son sujet Evidence-Based Practice in PubMed: Are Shared Filters Useful to Health Sciences Academic Users? De mon côté, pas grand-chose à me mettre sous la dent, sauf une affiche présentée par Aileen McCrillis: Reaching Out to an Underserved Academic Community: Focus Groups with Postdoctoral Researchers.
En fait, cette affiche était la première partie d'une présentation de la session suivante, Survival and Success Beyond Grad School: Improving Library Services to Postdoctoral Researchers. Les stagiaires post-doctoraux représentent 43% des premiers auteurs de la revue Science; ce sont bien sûr nos futurs chercheurs et professeurs. Les bibliothécaires des NYU Health Sciences Libraries ont d'abord réuni 14 stagiaires dans 3 groupes de discussion. Il est ressorti que les services de base des bibliothèques étaient méconnus, en particulier le PEB. Les principaux besoins identifiés concernaient le support pour l'analyse statistique, la bio-informatique, la gestion des données de recherche et la rédaction de demandes de subvention.
Par la suite, les auteurs ont lancé une vaste étude à laquelle ont participé des stagiaires post-doctoraux provenant de 43 institutions différentes. Plus de 3000 répondants ont répondu à un questionnaire visant à identifier leurs besoins informationnels. En résumé:
  • Ils utilisent Google et Pubmed, rarement les autres bases de données bibliographiques;
  • Les protocoles expérimentaux sont difficiles à trouver;
  • La gestion des PDFs d'articles est un problème;
  • Il est difficile de trouver de l'information sur les subventions;
  • Ils ignorent les politiques de gestion des données de recherche;
  • Ils utilisent des standards personnels pour les métadonnées;
  • Le support pour l'analyse statistique est un besoin criant.
Ces résultats indiquent que les bibliothèques peuvent rejoindre cette clientèle de plusieurs manières, et qu'une session d'orientation serait une façon de faire connaître nos services.

Et pour terminer la journée, quoi de mieux qu'un tête à tête avec Alien? La charmante bestiole faisait partie d'une exposition sur les films d'horreur du musée Experience Music Project, où avail lieu la réception de fin de congrès. J'ai enfin pu voir des extraits du classique The Texas Chainsaw Massacre, ça manquait à ma culture. D'autres expos sur les groupes musicaux Nirvana et AC/DC ont élargi mes connaissances du rock!

Aucun commentaire: